SRADDT : SCHÉMA RÉGIONAL D'AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DU TERRITOIRE

Un avenir d’avance

Dans la continuité du SRADDT Limousin adopté en 2009, les brèves prospectives nourrissent sans relâche la réflexion sur les futurs possibles.

La pollution de l’air : responsable d’une forte mortalité, en hausse pour les prochaines décennies

Posté le 27 septembre 2011

Plus de 2 millions de personnes meurent chaque année dans le monde du fait de maladies causées par la pollution de l’air, selon une étude publiée lundi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 1,1 million de décès auraient pu être évités si les normes avaient été respectées : les zones les plus dangereuses sont situées dans les pays à rapide croissance, comme l’Inde et la Chine, et dans certaines villes, la concentration des particules fines est jusqu’à quinze fois supérieure au seuil maximum fixé par l’OMS. Cette pollution provient surtout de sources de combustion, comme les centrales électriques et les véhicules à moteur.

Et la part des décès liés au changement climatique devrait augmenter dans plusieurs pays européens au cours des soixante prochaines années, indiquent les scientifiques impliqués dans le projet européen Climate Trap qui planche sur l’impact du changement climatique sur la santé publique. Selon eux, la Belgique, la France, l’Espagne et le Portugal vont être les plus touchés par une augmentation de la mortalité liée à l’ozone, qui pourrait se situer entre 10 et 14 % supplémentaires. Aujourd’hui, près de 60 % de la population urbaine européenne serait exposée à des niveaux d’ozone dépassant la valeur cible de l’UE, avec une incidence sur l’espérance de vie des habitants (diminution de 8 mois environ selon l’OMS). En France, les pics d’ozone sont nombreux, surtout en période estivale. Mais au-delà des pics saisonniers, depuis plusieurs années, le niveau de fond en ozone augmenterait, de l’ordre de 30 à 40 % depuis 1994, tant en zone rurale que dans les agglomérations.

Pas de commentaires à "La pollution de l’air : responsable d’une forte mortalité, en hausse pour les prochaines décennies"

Commentaires fermés.